Questions Photo

Dispcal GUI : le calibrage d’écran « open source »

Alors qu’il existe de nombreuses solutions pour calibrer son écran, aucun des petits ou grands fabricants de colorimètres ne tient compte des besoins de la petite communauté des utilisateurs Linux, constituée principalement de « geeks » et de réfractaires au monopole érigé par Bill Gates.

Alors qu’il existe de nombreuses solutions pour calibrer son écran, aucun des petits ou grands fabricants de colorimètres ne tient compte des besoins de la petite communauté des utilisateurs Linux, constituée principalement de « geeks » et de réfractaires au monopole érigé par Bill Gates. C’est bien dommage, car l’offre des logiciels visant les photographes amateurs éclairés et professionnels commence à devenir crédible face à celui des logiciels pour Windows et Mac, et là je pense notamment aux dernières versions de Gimp, Digikam, LightZone, UFRaw et la future version de Bibble. S’il est possible de se servir du moteur de gestion des couleurs Argyll CMS de Graeme Gill, il faut faire preuve de connaissances considérables pour compiler le logiciel et pour faire reconnaître un des nombreux colorimètres ou spectrophotomètres pris en charge. Fort heureusement, il existe enfin des interfaces utilisateur aux diverses applications d’Argyll CMS dédiées au calibrage et à la caractérisation d‘écrans.

ArgyllGUI de Steven Greaves souffre encore d’une interface très (trop) complexe, et seuls les utilisateurs les plus expérimentés en matière de gestion des couleurs arriveront à décrypter les nombreux paramètres nécessaires à la création du profil.
Autrement plus convivial, dispcal GUI de Florian Höch est proposé en plusieurs versions précompilées pour Linux, Windows XP et Vista ainsi que Mac OS X. Pour l’instant je n’ai pu que l’essayer avec Windows Vista et Mac OS X 10.5.6, la dernière version, réservée, à croire son auteur, aux seuls processeurs PPC, est par ailleurs également opérationnelle avec un Mac équipé d’un ou de plusieurs processeurs Intel.


Les trois fenêtres du logiciel

Installation

1. Téléchargez d’abord dispcal GUI sur cette page, puis installez-le sur votre ordinateur.

2. Téléchargez ensuite les plus exécutables d’Argyll CMS sur le site de Graeme Gill : Linux, Mac OS et Windows Il vous faudra ensuite extraire les fichiers du fichier.zip vers un dossier sur votre disque dur.

3. Branchez ensuite votre colorimètre ou spectrophotomètre sur une prise USB sur votre unité centrale ou sur votre écran. Consultez la liste des matériels compatibles sur cette page. Si vous avez déjà installé le pilote pour votre instrument de mesure, je vous conseille, sous Windows, la lecture de ce document (en anglais) qui vous expliquera comment ajouter les pilotes pour Argyll CMS. Sinon, il vous faudra suivre les indications de Windows pour installer les pilotes à partir du disque d’installation de votre sonde. Sous Mac OS X, elle est automatiquement reconnue par le système. Si vous êtes l’heureux propriétaire d’un colorimètre Spyder 2, vous devez choisir l’option Enable Spyder 2 colorimeter à partir du menu Extra avant de continuer. Le logiciel vous invite ensuite à sélectionner le fichier « setup.exe » sur le CD d’installation du colorimètre. Cependant, il a été nécessaire de copier ce fichier sur le bureau et de le renommer, car par défaut, il porte un nom différent et dispcal GUI est incapable de le détecter…
Bien que j’utilise, depuis sa sortie, le colorimètre Spyder 3, j’ai dû ressortir pour mes essais l’ancêtre Spyder 2, le nouveau modèle n‘étant pas encore pris en charge par Argyll CMS.


Activation de la Spyder 2

15 commentaires “Dispcal GUI : le calibrage d’écran « open source »

  1. Hé bien voilà un vrais pro, on lui passe l’info le jour J et le lendemain il a déjà pondu son article et testé le soft en bonne et due forme. Franchement chapeau le Volker.

    Dès que ma sonde (recommandée par M. Delmas sur ce site un peu plus bas) arrive, je calibre illico.

    1) c’est mon pingouin qui va être content
    2) je vais pouvoir savoir ce que mes écrans ont dans le ventre
    3) le cas échéant il va falloir encore investir

    Merci Voker pour ce travail pédagogique…

  2. Je calibre sous linux avec argyllcms depuis quelque temps, mais sans l’interface (un petit script, quand on baigne dedans à longueur d’année, c’est tellement simple ;) )

    Une constatation toutefois sur la vitesse de calibration. Effectivement, c’est assez lent (mais est-ce vraiment réel compte tenu du nombre de « patchs » colorés mesurés ?) Mais un point en particulier : j’ai eu il y a quelques temps une Spyder2. Suite à quelques insatisfactions quant à la précision du profil généré (surtout dans les tons foncés), je suis passé à une Eye-One Display (LT ou 2, le hardware est le même). Une chose est sûre : avec ce matériel, argyll va beaucoup plus vite, outre le fait que le résultat est beaucoup plus précis.

    Le fait qu’argyll soit obligé d’utiliser le firmware binaire extrait du CD de spyder, alors que la Eye-One bénéficie d’un support complètement ouvert, n’est peut-être pas étranger à ça ?

  3. @guilc, oui, compte tenu du nombre de matches mesurés, la lenteur est compréhensible, mais tout de même plutôt déroutante :-)
    il va me falloir faire un test avec la Eye-One ou LT, mais le constat m’est déjà connu d’avance : bien mieux qu’avec la Spyder2.

  4. Très intéressant !

    Cet article m’amène à une question: avez-vous des liens sur des sites testant des moniteurs avec un point de vue traitement photo ?
    J’ai bien trouvé quelques discussion à ce sujet, mais elles datent un peu et les écrans ont évolué depuis !

    Je souhaite m’acheter un nouvel écran et j’aimerais trouver quelque chose de bien (et pas trop chère !! :) )
    J’ai calibré mon écran (24″ acer x243w) dernièrement avec un spyder2 que l’on m’a prêté et les résultats sont pas mal…. Mais globalement je suis un peu déçu de la qualité… Les couleur sont pas mal mais l’angle de vision change beaucoup la perception et il me semble qu’il y a une sorte de « bruit » plus prononcé qu’avec mon vieux CRT… Pixels plus grand ??

    Merci de vos lumières

  5. Tout d’abord merci pour cet article !!!!!

    J’ai un petit pb pour ma Spyder2 : je n’ai plus le cd d’installation, uniquement un éxécutable (téléchargé sur le site de datacolor) permettant d’installer la sonde et le logiciel.

    Bien entendu argyll ne veut pas de cet exe, même renommé.

    Comment faire alors pour obtenir l’exe qui va bien ?

    Merci pour le coup de main !

  6. @fxbelloir : je ne crois pas que ce soit une bonne idée de toujours utiliser une Spyder de première génération, selon mes propres expériences (je possède les trois, car je connais bien Sophie ;-) ), la Spyder 1 était de piètre qualité pour calibrer les écrans TFT, seul avec mon écran CRT les résultats étaient (à peu près) corrects. Vu le prix des sondes aujourd’hui il serait temps de changer, d’autant plus que les filtres dans les colorimètres s’abîment avec le temps (il paraît même sans les utiliser…) : il faudrait idéalement les changer tous les trois ans

  7. Et bien voilà un article.
    Je n’aurais pas su installer sans les explications que j’ai suivi scrupuleusement. Et puis quelle richesse dans le contenu.
    Félicitations pour votre site en général. et merci.

  8. Bon tuto, d’autant plus qu’il n’est pas facile d’en trouver sur le sujet. Mais pour faire encore plus tuto, il serait bon de donner les valeurs conseillées (à moins que les copies d’écran jouent ce rôle ?). Quitte à passer pour un béotien, j’aimerais savoir ce qu’il est conseillé de mettre comme « Whitepoint » (« Native » ou 6500°C), « White Level » (« Native » ou 120 cd/m^2), « Black level » (« Native » ou 0.3 cd/m^2), Gamma (2.2 ou « L », « Relative » ou « Absolute »). J’aimerais savoir si on peut passer par les choix 3/ et 2/ avant 7/ dans la fenêtre « terminal », permettant de régler respectivement la luminosité et les niveaux de RVB du moniteur. J’ai remarqué que ces réglages sont difficiles pour des valeurs non « Native » des paramètres ci-dessus (on est loin de la « target »). J’ai pas bien compris non plus comment sauver le répertoire des binaires d’argyll et éviter d’avoir la fenêtre de choix à l’exécution suivante (un fichier de config quelque part ?)

  9. bonjour j’ai un imac 20″ et je ne sais quoi faire pour choisir mon ecran ???? car je peut tous regler mais impossible de lancer la calibration dois-je d’abord choisir l’ecran ??
    il n’y a pas lomgtemp que j’ai un mac (decembre merci papa noel )
    pouvez vous m’aider s’il vous plait sur la procedure a faire
    merci

  10. @spade : Effectivement, les captures d’écran donnent déjà des indications. Il est difficile de vous octroyer des paramètres universels, en fait, chaque écran réagit différemment aux réglages et ce qui est adapté pour l’un, peut s’avérer catastrophique pour l’autre. Pour le point blanc, je vous conseille 6500 K pour un écran plat, « Native » pour un écran de portable, pour la luminance (white level) des valeurs entre 100 et 120 cd/m2 et pour le point noir entre 0.3 (excellent écran de type S-PVA) ou 0.6 (écran TN dit « bureautique »). Pour commencer, sélectionnez une valeur de 2.2 pour le gamma. En ce qui concerne les étapes, j’ai fait mes réglages dans la boite de dialogue, puis je suis directement passé à l’étape 7, les étapes antérieures servent en fait à modifier, puis à vérifier les choix faits dans la boite de dialogue

  11. Est-ce que vous m’autorisez à faire un copier coller de vôtre tutoriel dans la documentation française d’Ubuntu (ubuntu-fr.org)?

    J’ai déjà fait un copier coller de la documentation d’Argyll CMS mais elle est beaucoup moins complète que la vôtre.

  12. Bonjour et tout d’abord fécilitation à vous pour votre article sur le calibrage d’écran via Dispcal. Ce logiciel mérite d’être connu et aspire à une grande fiabilité.

    Cependant, j’ai une question au sujet de cette citation :
    « notons que le logiciel propose même d’appliquer une courbe de type L*, furieusement à la mode ces derniers temps. »

    Pourquoi la courbe de type L* n’est-elle pas préférable plutôt que de fixer le gamma à 2.2?
    Il me semble pourtant que le modèle L* (relatif au modèle L*a*b sauf ereur) est le « meilleur » modèle de colorimétrie. (enfin c’est celui présenté comme le plus juste)

    Merci pour vos précisions, elles me seront très utiles! bonne continuation

  13. Bonjour,
    J’ai bien installé le logiciel pour une sonde Spyder 2 Express (sous win 8.1). Je l’ai bien activée dans la boite outil (une boite s’ouvre me disant que Spyder 2 a bien été activée) comme préconisé sur le site DiscpalGUI (ainsi que le pilote datacolor) mais elle n’est pas reconnue ni détectée dans la boite de dialogue à l’emplacement instrument. La calibration n’est donc pas possible. J’ai essayé de débrancher-rebrancher la sonde, fermer-rouvrir le logiciel, désinstaller-réinstaller le logiciel… Rien n’y fait. ( Je lis très mal l’anglais…). Que dois je faire ?
    Merci pour votre réponse. Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Le magazine Eyrolles
des techniques photo

Animé par Volker Gilbert et publié par les éditions Eyrolles, QuestionsPhoto vous propose des articles de fond sur les techniques photo, mais aussi des actus, des critiques de livres... et des réponses à toutes vos questions !