Questions Photo

La macro à peu de frais (1) : recycler un vieux zoom

Parmi les 100 millions d’objectifs EF produits à ce jour, la plupart ne quittent jamais les boitiers avec lesquels ils ont été vendus. Mais si la qualité des zooms transstandard a beaucoup progressé ces derniers temps, celle des objectifs de base de l’époque argentique reste tellement tristounette qu’elle ne saurait plus rendre justice aux capteurs d’appareils contemporains. Heureusement, il est possible de donner à certains de ces objectifs une seconde vie, grâce à une intervention aussi simple que rapide.

Les prestations des objectifs fournis en kit suivaient souvent celles des boitiers qui leur étaient associés : alors que les EOS argentiques « milieu de gamme » étaient accompagnés d’optiques fort honorables (EF 28-70 mm f/3, 5-4, 5 I et II, EF 28-80 mm f/3, 5-5, 6 USM, EF 28-105 mm f/3, 5-4, 5 USM I et II, EF 28-135 mm f/3, 5-5, 6 IS USM), les modèles plus basiques étaient fournis avec des objectifs entièrement fabriqués en matière plastique. Ainsi, le marché d’occasion regorge encore de nombreux objectifs économiques, plus décevants les uns que les autres en ce qui concerne leur qualité optique, réalisation mécanique et confort d’utilisation. Si les objectifs milieu de gamme peuvent encore dépanner ceux qui ne souhaitent (ou qui  ne peuvent) pas investir dans un des objectifs transstandard de la série « L », mieux vaut ne pas ressusciter les objectifs bas de gamme, sous peine de produire des images sans vie.

Deux zooms transstandard de l’époque argentique : si l’ EF 28-70 mm f/3,5-4,5 (à droite) bénéficie de bonnes performances optiques sur un boîtier numérique à capteur 24 x 36, l’ EF 28-80 mm f/3,5-5,6 (à gauche) est un véritable cul de bouteille qui ne produit que des images ternes et entachées de nombreux défauts optiques.

Si vous possédez un EF 28-80 mm f/3,5-5,6, EF 35-80 mm f/4-5, 6 ou EF 38-76 mm f/4, 5-5, 6 ou si vous pouvez en dénicher un exemplaire pour une poignée d’euros (ne payez pas plus d’une dizaine d’euros pour un spécimen en bon état), vous pouvez en faire un véritable objectif macro. À la différence des objectifs transstandard plus sophistiqués (voir plus haut) ou plus récents (EF 28-90 mm f/4, 5-5, 6 et 28-105 f/4-5, 6 USM), les objectifs en question partagent une construction optique très simple, avec une disposition des éléments en deux groupes dont le premier groupe se déplace de façon linéaire pour effectuer la mise au point. Une fois ôté le groupe avant, le groupe arrière permet d’obtenir des rapports de reproduction importants, supérieurs au rapport 1 : 1 à la focale la plus longue. Or, cela est habituellement réservé à des équipements plus spécialisés et souvent fort onéreux.

Transformation

Entre 2003 et 2000, Canon a produit pas moins de six versions bas de gamme de l’EF 28-80 mm f/3, 5-5, 6, dotés ou non d’un moteur USM. L’EF 35-80 mm f/4-5, 6 a été décliné en cinq versions tandis que l’EF 38-76 mm f/4, 5-5, 6 n’existe que dans une seule. Dans le cas du  28-80 mm f/3, 5-5, 6 version I,  commercialisé entre 1996 et 1999, l’intervention demeure parfaitement réversible puisqu’il suffit d’enlever trois petites vis, situées sur la bague de mise au point manuelle, pour pouvoir soulever et extraire le premier groupe optique.

Le premier groupe optique s’enlève très facilement et de manière réversible. Il suffit de retirer les trois vis de la bague de mise au point.

L’opération achevée, l’objectif perd l’AF (rappelons que le fonctionnement de celui-ci repose sur le déplacement du premier groupe optique), mais il continue à communiquer avec le boitier. Il est donc possible de conserver l’automatisme de la fermeture du diaphragme (le cadrage et la mise au point s’effectuent donc à la pleine ouverture) et les différents modes d’exposition et de mesure du boitier. Le rapport de grandissement varie en fonction de la position de la bague de changement de focale : à 28 mm, vous obtiendrez un rapport de grandissement de 0,8 fois (0,8 : 1) alors que la focale la plus longue vous donnera un grandissement de 1,3 fois ( 1, 3 : 1) avec un boitier à capteur 24 x 36. Avec des capteurs APS-H ou APS-C, multipliez ces valeurs par un facteur de 1, 3 ou 1, 6. Avec un boitier à capteur APS-C, il est donc possible d’atteindre un rapport de grandissement égal à 2 fois (2 : 1) à la focale la plus longue !

Résultat de l’opération. Il est toujours possible de monter un filtre ou le bouchon avant pour protéger l’intérieur du fut de l’objectif. Ce dernier  agit comme un pare-soleil qui est plutôt efficace entre 28 et 70 mm. A la focale la plus longue, les images souffrent parfois de reflets parasites et notamment lors de l’utilisation du flash annulaire Canon MR-14 EX.

13 commentaires “La macro à peu de frais (1) : recycler un vieux zoom

  1. Hourra,jai reussi,l objo est un 28/80-3,5-5,6 ayant equipe un eos 500 argentique.merci de vos explications, pour la pdv,ladistance objet/objecit est minime, cela me rapelle un peu l utilisation ave une bague inversée.
    Une nouvelle fois merci et felicitations pour votre blog et la qualité des infos que vous donnez.
    ff

  2. Bonjour,

    Merci pour l’article, c’est très instructif ! Il me tarde d’essayer.
    Est-ce que cela fonctionnerait avec un 28-80 3,5-5,6 II ? Vous mentionnez la version I, j’ai donc un doute sur la version II.

    D’avance merci pour vos conseils !

    • Bonjour,
      à priori la transformation du 28-80 3,5-5,6 II s’apparente à celle du 28-80 3,5-5,6 I, la construction mécanique et optique étant proche !

  3. Celà marcherait-il avec un objectif EF 80-200 4.5-5.6?
    Il est estampillé « Macro » aussi et de la même veine que ses petits copains niveau qualité de fabrication mais je me demande si je peux obtenir le même résultat.

  4. Bonjour,

    Merci pour cette technique originale et intéressante. Pensez-vous que cela puisse fonctionner avec une focale fixe (Canon 50mm f/1,8)?

    Merci

    • Non, malheureusement, cela ne fonctionne pas avec un objectif standard, la formule optique étant différente. En revanche, le 50/1,8 peut être équipé d’une bague allonge ou d’une bonnette macro.

  5. Bonjour,
    je suis tombé sur votre article.
    J’ai fait l’opération avec un Nikkor 28-80. La distance pour la MAP est vraiment très courte.
    Avec un 18-35 cela permet-il d’avoir davantage de recul ?
    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le magazine Eyrolles
des techniques photo

Animé par Volker Gilbert et publié par les éditions Eyrolles, QuestionsPhoto vous propose des articles de fond sur les techniques photo, mais aussi des actus, des critiques de livres... et des réponses à toutes vos questions !