Questions Photo

Prix, bourse, résidence photo : comment se préparer ? (2/2)

On se prépare comme on se prépare tout simplement à quelque chose qui engage. Participer à un prix, une bourse, une résidence potentiellement, c’est pouvoir gagner. Être lauréat signifie se trouver au cœur d’une émulation destinée à servir votre photographie. Il faut en être conscient. Il faut vous demander si c’est le bon moment. Serez-vous en mesure de disposer utilement de ce qui va vous être offert ? Être distingué va vous permettre d’entrer dans un monde clos et codifié dont on accepte de vous donner quelques clés.

Si vous avez la chance d’être lauréat, les expositions, les prix mis à votre disposition seront vos premiers gestes professionnels. « Ils sont là pour vous décoincer, pour vous faire au métier » renchérit Didier de Faÿs, fondateur du webmagazine photographie.com. Ces prix et bourses vous font gagner du temps, ne le gaspillez pas, emparez-vous-en et faites votre propre promotion : travaillez votre réseau on ne le dira jamais assez ! Comme le révèle Philippe Gassmann, directeur général de Picto, « Un réseau, cela se construit tous les jours, on commence à l’école et on l’entretient » ; profitez-en et n’hésitez pas, tout le monde est là pour ça !

Si vous gagnez, ne considérez pas que vous avez abouti, c’est au contraire le début. Ne passez pas une première année dans un état de satisfaction béate. Mesurez bien les choses : vous aurez un an devant vous pour profiter de l’aura de la distinction. Une année durant laquelle il va falloir agir très vite et de façon très significative. Vous serez au début de votre vie artistique ; elle implique un plein engagement que vous ne pourrez plus différer. Si vous ne vous sentez pas totalement prêt(e) à vivre cela, si vous devez renoncer… ne candidatez pas ! Demandez-vous bien si c’est la bonne année pour vous : n’est-ce pas trop tôt ou trop hâtif ? S’il vous faut un peu plus de temps, prenez-le.

Si vous êtes sûr de vous, vous pouvez continuer. Comment être sûr de soi, et surtout comment pouvoir être assuré de quelque chose d’aussi subjectif et instinctif que la photographie ? C’est « être sérieux. Le seul point de départ possible est de réfléchir à soi ; il faut être honnête et conscient, au minimum, de son propos ». Didier de Faÿs met en évidence ces éléments fondamentaux : vos choix, votre parti pris, votre point de vue, votre écriture. Il n’y a pas de secret, tant que vous n’aurez pas conscience de votre intention globale, de ce que vous voulez dire et de la façon dont vous voulez l’exprimer, vous ne pourrez pas avancer. Et vous ne serez pas remarqué. Commencez donc par mettre toutes les chances de votre côté, vous devez trouver votre marque, l’élément qui vous distingue et va à l’avenir signifier aux publics – qu’ils soient les professionnels ou le grand public et les amateurs qui vont vous suivre et pourquoi pas commencer à acheter vos photographies –, que c’est de vous dont il s’agit. C’est cet élément que vous allez confronter à une attente et en particulier, dans un premier temps, à l’attente du jury.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le magazine Eyrolles
des techniques photo

Animé par Volker Gilbert et publié par les éditions Eyrolles, QuestionsPhoto vous propose des articles de fond sur les techniques photo, mais aussi des actus, des critiques de livres... et des réponses à toutes vos questions !