Questions Photo

White Christmas : gestion des couleurs et point blanc

Le “point blanc” de votre écran est blanc. D’accord, mais un blanc de quelle couleur ? Couleur du blanc ? Késaco ?! Couleur de la virginité, des machines à laver, de l’hiver ? Ou plutôt ici couleur de l’angoisse… ? Grâce à l’agilité de notre perception visuelle, perçons l‘énigme du “point blanc” en compagnie de notre super héros, Super Blanc.

Rien n’est plus blanc que Super Blanc

Comme au générique de Vertigo, éprouvons d’abord notre angoisse en scrutant au fond du gouffre colorimétrique ce qu’est la couleur blanche absolue. Le blanc absolu, plus blanc que blanc, ce blanc dont aucune vision humaine ne put jamais se réjouir car il n’est pas réalisable physiquement, ce Super Blanc hypothétique est celui que l’on obtiendrait si l’on était capable de mélanger une ribambelle de petits faisceaux lumineux monochromatiques teintés de toutes les couleurs du spectre visible.

Exprimé sous la forme classique de sa distribution spectrale, un tel blanc absolu, le blanc “équi-énergétique” désigné par la CIE sous le nom d’illuminant standard “E” se réduit à la forme triviale d’une droite horizontale, sa puissance normalisée étant égale à 1 quelle que soit la longueur d’onde.


Distribution spectrale plate de l’illuminant équi-énergétique E standardisé par la CIE.

Connaissant la distribution spectrale d’un illuminant, même s’il s’agit ici d’un illuminant hypothétique, on peut lui appliquer les fonctions colorimétriques de la perception visuelle et situer sa position xy dans le diagramme de chromaticité.

Epargnons-nous le chemin tortueux qui conduisit la CIE à fixer la position de notre blanc idéal dans le diagramme xy. Sachez simplement que ses coordonnées chromatiques sont strictement égales à un tiers (x=y=z=1/3) et que, la somme des composantes d’une couleur x+y+z étant égale à 1 dans le plan de chromaticité, l’illuminant E est le seul point du plan dont les coordonnées chromatiques sont égales. Super Blanc tient ainsi ses promesses, non seulement il est parfait mais, en outre, il est unique. Plus blanc que Super Blanc n’existe pas, aussi blanc que lui non plus.

Pour mieux situer la singularité de ce blanc absolu, examinons la distribution spectrale chahutée, et pour tout dire humaine, d’un blanc plus ordinaire, le rayonnement solaire standardisé par la CIE sous le nom d’illuminant D65 (“D” pour Daylight, “65” pour 6 500 K). On découvre que le spectre de ce blanc solaire culmine dans les bleus, que son énergie s’effondre dans l’ultraviolet mais qu’il fait preuve d’une belle vigueur dans les verts, les rouges et même dans l’infrarouge, ce qui permet au soleil de nous chauffer en plus de nous éclairer…


Distribution spectrale de l’illuminant solaire D65 standardisé par la CIE.

Portons maintenant sur le diagramme de chromaticité la couleur de l‘éclairage solaire telle qu’elle évolue au cours de la journée. Nous obtenons une courbe le long de laquelle se répartissent les illuminants blancs standardisés par la CIE, leurs températures proximales de couleur augmentant de droite à gauche, du rouge-jaune au vert-bleu. Sur la partie médiane de cet arc, c’est-à-dire dans la zone des “blancs bien blancs”, on découvre que notre blanc idéal E (5 400 K) est encadré de près par les deux illuminants solaires standardisés D50 (5 000 K, un blanc un peu jaune) et D65 (6 500 K, un blanc un peu bleu). Nous verrons plus loin comment les procédures d‘étalonnage d‘écran nous demanderont, de manière un peu trop abrupte à notre goût, d’opter pour l’un de ces blancs.


Couleurs des illuminants solaires blancs.

.

Livres conseillés sur ce sujet

3 commentaires “White Christmas : gestion des couleurs et point blanc

  1. Ah oui mais non ! Comment faire autrement, après la lecture de ce billet, que de courir chez mon libraire suite à l’éveil de ma soif de compréhension et de mon désir d’apprendre ?

    Sans mentir, si votre ramage
    Se rapporte à votre plumage,

    Alors le livre doit être sacrément bon ;)

  2. Effectivement, article très bien écrit et très didactique !
    On a carrément l’impression que c’est simple comme tout la gestion de la couleur…
    Faut que je jette un coup d’œil au livre…

  3. Juste de temps en temps, un remerciement pour vos articles remarquables, bien sur qui nous amorce pour aller plus loin en achetant vos livres et ce que je fais quelquefois avec grande satisfaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Le magazine Eyrolles
des techniques photo

Animé par Volker Gilbert et publié par les éditions Eyrolles, QuestionsPhoto vous propose des articles de fond sur les techniques photo, mais aussi des actus, des critiques de livres... et des réponses à toutes vos questions !