Questions Photo

Grand reportage… qui gagne la course aux ISO ?

Après l’e-book consacré au Nikon D3s, la sortie d’un nouvel e-book dédié au Canon EOS 1D Mark IV est l’occasion de revenir sur les performances respectives de ces deux boîtiers, très utilisés pour le reportage en hauts ISO.

Lors du Salon de la Photo 2009, le Nikon D3s et le Canon EOS 1D MkIV (présentés à 1 jour d’intervalle) ont fait sensation par la capacité de leur capteur à atteindre une sensibilité “surréaliste” de 102 400 ISO – soit un gain de 6 crans de vitesse ou d’ouverture par rapport au classique 1 600 ISO couleur que l’on utilisait au siècle dernier dans les cas désespérés où l’on n’avait pas le droit de sortir de gros flashs. Ils sont depuis les seules solutions crédibles pour le baroud et le sport en très faible lumière, dans des conditions difficiles. La question est maintenant de savoir si leur capacité à monter si haut en ISO est digne de louanges… Bien qu’ayant étudié à fond ces deux boîtiers, j’essaierai de mesurer mes commentaires, car ce type de sujet fait toujours surgir la polémique sur les forums !

L’apport des mesures de DxO Mark

Les mesures des capacités des capteurs des appareils, sur fichiers RAW bruts (donc en tenant compte du nettoyage du signal analogique avant conversion dans le boîtier, mais pas des capacités finales du logiciel de post-traitement à transformer les infos brutes en photo), sont régulièrement publiées par le laboratoire DxO Labs qui emploie bien entendu pour ces mesures sa suite logicielle de réputation mondiale, DxO Analyzer. On peut accéder aux mesures complètes gratuitement sur ce site, hélas en anglais :
http://www.dxomark.com/index.php/fr

Comme les capteurs des deux boîtiers peuvent être comparés entre eux, une première indication peut être obtenue en comparant, pour une taille de tirage équivalente le niveau de bruit et de dynamique des deux appareils (la définition du Mark IV permet une taille de tirage plus grande à résolution de sortie équivalente, soit à 254 dpi un format de 33 × 49 cm pour Canon et de 28 × 43 cm pour Nikon). Sur les graphiques qui suivent, le Canon figure en rouge, le Nikon D3s en orange et le Nikon D700 en jaune (le D3 présente des résultats équivalents).


Mesure comparative de bruit normalisé pour une même taille de tirage

 


Mesure comparative de dynamique pour une même taille de tirage

 

En matière de bruit normalisé mesuré dans les valeurs moyennes (figure du haut), on constate que le Mark IV rend environ 1 IL au Nikon D3s (par exemple le SB de ce dernier est de 24,9 dB à 12 800 ISO, alors que le Canon est à 24,6 dB à 6 400 ISO… Plus le chiffre dB est élevé, meilleure est la mesure). En dynamique (figure du bas), l’écart est du même ordre. On constate cependant dans ce cas que le plus ancien capteur (D700 et D3) reste un peu meilleur que le Canon jusqu’à 800 ISO, avant d’être rejoint à 1 600 ISO et nettement supplanté de 6 400 à 25 600 ISO. La sensibilité réelle des appareils est quand même un peu moins élevée que le grade affiché :

  • à 25 600 ISO, le Nikon est mesuré à 18 631 ISO et le Canon à 19 548 ISO ;
  • à 102 400 ISO le Nikon est à 74 450 ISO et le Canon à 72 555 ISO (en tout état de cause, cette sensibilité maximale est tout simplement inexploitable en JPEG).

Sur le terrain cependant, les mesures doivent être complétées par la capacité du logiciel interne à l’appareil (conversion instantanée en JPEG) ou externe (traitement des RAW) à extraire le maximum d’informations du capteur. Force est de reconnaître que la limite raisonnable d’usage peut varier selon le sujet et l’éclairage, mais en gros, on ne rencontre pas de vrais soucis en reportage en JPEG jusqu’à 6 400 ISO pour les D3 et D700, 12 800 ISO pour le Mark IV et 25 600 ISO pour le D3s. Un bon traitement des fichiers RAW permet de gagner un cran en sécurité pour chaque appareil, mais le traitement devient ensuite extrêmement malaisé.

 

 

4 commentaires “Grand reportage… qui gagne la course aux ISO ?

  1. Citation: « Comme les capteurs des deux boîtiers peuvent être comparés entre eux … »

    Puis je poser la question,: sur quel plan ? de la sensibilité dont ils sont capables en théorie ? ne pas oublier que ces 2 boitiers ne sont pas égaux en termes de taille de capteur et donc de taille de pixels.
    Merci de votre réponse

  2. @ysengrain : je laisserai JMS répondre à cette question s’il passe par ici ;-). Toutefois, il est vrai que si la cible d’utilisateurs potentiels des deux appareils est la même, les deux capteurs diffèrent par leurs dimensions et par la densité des photosites qu’ils disposent. S’agissant d’un capteur plein format faiblement doté en pixels, le dispositif de capture du D3s est avantagé à la fois pour le bruit et la plage dynamique. Cependant, je trouve les résultats du 1D MIV fort honorables compte tenu de ses caractéristiques techniques, inférieures sur le papier. Après tout, de telles performances auraient été impossible il y a cinq années encore à une sensibilité ISO quatre fois moins élevée…

  3. C’est justement pour comparer des capteurs de définition différente que DxO publie des résultats à taille de tirage équivalente ! Le fait que le Mark IV fasse nettement mieux que le capteur Nikon D3/D700 de première génération montre sa haute qualité, alors qu’il est plus défini avec des photosites plus petits. Par contre il reste un gap que j’évalue en pratique à IL seulement en faeur du D3s, lequel est cependant moins universel pour le reporter pur et dur à qui on demande des sujets d’actualité, car ses clips vidéo passeront plus mal sur « TF1 HD » !
    Je précise que j’utilise souvent le D3s en reportage et que j’ai eu des essais sur le Mark IV sur deux bons mois !

  4. Bonjour,
    Je pensais que le capteur du D700/D3 était le même que sur le D3s, doit-on comprendre que ce n’est pas le cas ?

    Où l’amélioration ne porte que sur l’électronique ? Car si c’est le cas, alors, en post-traitement, un D700/D3 devrait être capable de sortir aussi bien qu’un D3s, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le magazine Eyrolles
des techniques photo

Animé par Volker Gilbert et publié par les éditions Eyrolles, QuestionsPhoto vous propose des articles de fond sur les techniques photo, mais aussi des actus, des critiques de livres... et des réponses à toutes vos questions !